NON à la fusion des académies CAEN et ROUEN

NON à la fusion des académies CAEN et ROUEN

2018-09-14T11:13:50+00:005 juillet 2018|Catégories : À LA UNE|

La FSU est depuis le début opposée à la fusion des académies.

Les conséquences d’une telle fusion rendront le fonctionnement plus difficile, les doublons de services (suppressions d’emplois à la clé) seront éliminés, les territoires les plus éloignés du rectorat unique seront les plus fragilisés.

Nous vous appelons à signer le plus massivement la pétition de l’intersyndicale contre la fusion des académies :

SIGNER LA PETITION


à M. Blanquer, ministre de l’éducation nationale

Monsieur le Ministre,

Nous nous adressons à vous pour vous faire part de la crainte de voir notre académie, l’académie de CAEN, être fusionnée avec l’académie de ROUEN. Et pour vous faire part également de notre opposition résolue à ce projet.

Si nous n’avons évidemment rien contre l’académie de ROUEN ni contre ses personnels qui œuvrent au quotidien à son bon fonctionnement, nous voudrions vous exposer ici les raisons qui fondent notre point de vue.

Pas plus en 2018 qu’en 2015, la fusion des académies de CAEN et de ROUEN n’est pertinente. Elle engagerait un projet complexe de réorganisation qui aurait pour conséquence d’éloigner toujours plus de ses personnels et de ses usagers (les élèves et leur famille, les écoles et les élu.es, les établissements scolaires…) les lieux de décision, de pilotage et d’administration de notre service public. Aucun besoin identifié n’est à l’origine de ce projet, hors la satisfaction intellectuelle de voir correspondre la carte des région à celle des académies.

Fusionner les académies nous engagerait aussi dans un processus de mutualisations, de regroupements de service avec leurs conséquences sur les conditions de travail des personnels, à commencer par ceux des services académiques, rectorat et DSDEN.

Si fusion il y a, doublons (de services et d’emplois) il y aura ; ce qui laisse supposer que cette fusion ne serve en fait à permettre les suppressions de postes promises par le candidat Macron. La crainte de voir disparaître de nombreux emplois administratifs dans nos départements est grande, malgré les promesses, au détriment du service rendu au public.

Nous souhaitons pour notre service public, à l’inverse des préconisations du rapport de l’IGAENR sur la réorganisation territoriale des services déconcentrés, conserver une organisation territoriale de proximité : et donc une académie de CAEN et un rectorat d’académie à CAEN, dont les compétences et prérogatives auront été préservées.