Madame l’Inspectrice d’Académie,

Nous avons été surpris de constater, lors de la phase de saisie de vœux du mouvement, que tous les postes vacants de SEGPA du département ont été gelés et transformés en postes provisoires (Granville, Saint James, Bricquebec, Saint-Lô).
L’ensemble des collègues du département (participants au mouvement, enseignants de SEGPA, équipes de direction des collèges…) a appris cette information via un message Iprof selon lequel ces postes, identifiés vacants par les équipes, ne le sont finalement plus. Ceci sans même que cette décision n’ait jamais été présentée dans aucun CTSD.
Le retrait de ces postes au mouvement implique qu’aucun-e collègue spécialisé-e ne peut postuler dessus. Ces postes, pourtant vacants, seront donc pourvus en appel d’offre.

Nous nous interrogeons et dénonçons cette pratique. Nous nous inquiétons de voir ces moyens, devenus des BMP dans le plus grand silence, supprimés sans préavis. Nous déplorons que les équipes, de fait, ne soient pas informées du devenir des postes de leur établissement.

Il nous semble important de soutenir les professeurs de l’enseignement adapté afin qu’ils puissent accompagner les élèves à besoins éducatifs particuliers dans de bonnes conditions (suivi, inclusions…). C’est pourquoi nous ne pouvons que déplorer également les classes de SEGPA à double niveau et/ou à effectif trop élevé.
Il est compliqué d’expliquer aux enseignants que des postes soient fermés alors que le nombre d’élèves orientés en SEGPA depuis 2017 est en constante augmentation et que les besoins sont bien réels. Nous ne sommes pas sans faire le lien entre ces éléments et l’absence de départs en formation CAPPEI dans ce module alors qu’il y avait des candidats.

Nous vous avons alertée sur ces éléments en commission. Nos inquiétudes ont bien souvent été minimisées lors de nos rencontres par des arguments qui se voulaient rassurants. Nous ne pouvons que constater que celles-ci étaient pourtant justifiées. Les attaques contre la SEGPA sont encore plus massives que ce que nous avions pu craindre.
A l’heure de l’école de la confiance, nous nous étonnons que la DSDEN prenne de telles décisions au détriment des élèves, de leurs enseignants et des équipes de direction et ce, de façon si détournée. Alors que la circulaire de 2015 sur les SEGPA les confortait en tant que structure, il serait dangereux et inacceptable de les voir peu à peu transformées en « dispositifs ».
Nous nous opposons à la transformation de tous les postes vacants en postes provisoires qui permet, in fine, à vos services de les fermer sans aucune transparence. Nous nous inquiétons de l’avenir pour les SEGPA dans de telles conditions.

Veuillez croire, Madame l’Inspectrice d’Académie, à notre attachement à un service public d’éducation de qualité.

Mme Laisné, Co-Secrétaire départementale du SNUipp-FSU50
Mr Roger, Secrétaire départemental du SNES50
Mme Quesnel et M Dutron, co-secrétaires départementaux de la FSU 50