La journée internationale pour le droit à l’avortement a lieu ce 28 septembre. La FSU, forte de ses valeurs, appelle, avec les organisations féministes, à se joindre aux rassemblements organisés partout en France pour garantir l’effectivité de ce droit, partout dans le monde.

Le 28 septembre sera la journée internationale pour le droit à l’avortement. Ce droit fondamental est régulièrement remis en cause à l’échelle internationale comme européenne. Mais il l’est aussi en France, dans son effectivité. En effet, nombre de femmes rencontrent encore des difficultés pour accéder à ce droit notamment du fait de fortes disparités territoriales, renforcées par la loi de Transformation de la Fonction Publique, mais aussi de la clause spécifique de conscience par exemple.

La proposition de loi visant à garantir un accès effectif à ce droit pour toutes, déposée l’an dernier, adoptée à l’Assemblée nationale, puis validée par le Conseil Consultatif National d’Ethique, a été rejetée par le Sénat en février. Le gouvernement doit maintenant prendre ses responsabilités en reprenant la main sur ce projet de loi et que rapidement soit donné satisfaction aux revendications du mouvement féministe : harmonisation des délais légaux à l’échelle européenne sur ceux des pays les plus progressistes, libre choix des femmes sur les méthodes d’avortement, suppression de la double clause spécifique de conscience…

Au moment où de nouvelles attaques anti-IVG ont eu lieu contre plusieurs centres du planning familial, où un documentaire anti-IVG est diffusé en prime time, continuer à se mobiliser pour défendre ce droit fondamental est une nécessité.